Noté 4 sur 5 et primé à Cannes, le plus beau film de cet automne dévoile ses secrets

Published 2024-02-17 00:00:00

En salles depuis mercredi, "L'Arbre aux papillons d'or" a obtenu la Caméra d'or au dernier Festival de Cannes. Voici 5 choses à savoir sur cette fresque mystique de près de trois heures.

De quoi ça parle ? Après la mort de sa belle-sœur dans un accident de moto à Saigon, Thien se voit confier la tâche de ramener son corps dans leur village natal. Il y emmène également son neveu de 5 ans, Dao, qui a miraculeusement survécu à l’accident. Au milieu des paysages mystiques de la campagne vietnamienne, Thien part à la recherche de son frère aîné, disparu il y a des années, un voyage qui remet profondément en question sa foi.

Caméra d'Or à Cannes 2023

L'Arbre aux papillons d'or a été présenté à la Quinzaine des Cinéastes au Festival de Cannes 2023. Il a obtenu la Caméra d'Or, qui récompense le meilleur premier film, toutes catégories confondues.

DIVE DEEPER

L'Arbre aux papillons d'or

24 days ago

Mis en scène par Pham Thiên Ân, le long-métrage s'inscrit dans la continuité de son court-métrage Stay Awake, Be Ready. Avant de tourner ce dernier, le réalisateur avait déjà écrit un traitement de L'Arbre aux papillons d'or, même s'il était assez différent de la version finale du film.

Stay Awake, Be Ready a été construit à partir de la première scène du scénario de L'Arbre aux papillons d'or : "mon objectif avec ce court métrage était d’expérimenter le rythme du film et la mise en scène. Pour être honnête, lorsque j’ai commencé à réaliser ce court-métrage, je n’étais pas encore familier avec le rythme et la mise en scène cinématographique. J’ai travaillé de manière instinctive, avec ardeur et passion."

JK Film

L'appel du divin

L'Arbre aux papillons d'or repose sur le concept de ce qu'appelle le réalisateur "l'appel du divin" : "Quelque soit la classe sociale à laquelle on appartient, ce concept est présent en chacun de nous et se manifeste à différents moments de la vie. C’est à partir de cela que j’ai développé des personnages qui me ressemblaient dans le passé et dans le présent. Je considère le cinéma comme mon propre "appel du divin"."

Pham Thiên Ân est né et a grandi dans une ville de campagne vietnamienne où la spiritualité tient une grande place : les habitants se lèvent tôt pour assister à la messe avant de travailler puis se retrouvent au crépuscule pour lire les Écritures et prier. Quand il est parti à Saigon pour étudier et travailler, le réalisateur s'est perdu "dans une course insensée, fastidieuse et répétitive pour gagner de l’argent et réussir. Pourtant je n’ai rencontré que déception, confusion et insécurité."

Pour s'en sortir, il a cherché à se reconnecter à ses émotions et sa spiritualité. C'est ainsi qu'il s'est lancé dans la réalisation. Son parcours a nourri le film : "je souhaitais plonger un homme dans un voyage vers sa ville natale qui l’amène à renouer avec son passé. Ce retour révèle son conflit intérieur entre une foi qu’il a négligée et une vie qui le rend profondément insatisfait. Le voyage reflète les dimensions de l’âme humaine, quelque chose que nous recherchons constamment mais que nous ne pouvons jamais atteindre complètement, quelque chose lié à nos rêves, à nos passions et à l’inévitabilité de la mort."

JK Film

Un film autobiographique ?

Pham Thiên Ân a apporté beaucoup de sa vie personnelle au long-métrage. Le personnage s'appelle d'ailleurs lui aussi Thien : "L’histoire de Thien pourrait me refléter : boire avec des amis, se faire masser, tourner et monter des vidéos de mariage, faire de la magie pour divertir des amis, être obsédé par un amour passé sans espoir, errer parfois dans la ville natale montagneuse à la recherche de souvenirs persistants... Mais je ne pense pas que ce soit un film autobiographique pour autant. Intégrer beaucoup d’éléments personnels était un processus naturel pour moi."

Prendre son temps

Le film privilégie les prises longues et les mouvements de caméra lents. Un choix qui répond tout d'abord aux goûts esthétiques du réalisateur, mais aussi à l'envie de relever un défi. Il s'agissait également de laisser le public percevoir les images et le son : "Les mouvements lents et longs de la caméra créent des espaces qui permettent au public d’observer et d’attendre librement, en lui faisant oublier la présence de la caméra, de sorte que les surprises apparaissent naturellement dans le cadre".

JK Film

Il y a ainsi par moments une synchronisation entre le temps du film et celui du réel : "Une fois que le public s’identifie au personnage, qu’il est immergé dans le voyage qui se déroule à l’écran et qu’il partage avec lui les mêmes battements de cœur, le temps réel disparaît. Le public vit alors réellement à l’intérieur du cadre et fait l’expérience du temps qui passe dans le film. Je pense que c’est aussi à ce moment-là que la frontière entre réalisme et surréalisme s’estompe."

Une équipe familière

Pham Thiên Ân s'est entouré d'une équipe réduite composée de ses amis, dont le directeur de la photographie Dinh Duy Hung, qui est son meilleur ami depuis l'enfance. Cela lui a permis d'acquérir un vrai sentiment de liberté : "Lorsque nous avons terminé le film, ils m’ont dit que le tournage leur avait apporté beaucoup de connaissances et d’expériences qu’ils n’avaient pas eues sur d’autres projets. Cela m’a fait plaisir. Pour moi, chacun a ses propres forces et une énergie unique pour faire quelque chose d’extraordinaire. Un film réussit lorsque les personnes qui le réalisent ensemble donnent le meilleur d’elles-mêmes et se passionnent pour ce projet."

L'Arbre aux papillons d'or, actuellement en salles.

Source : allocine.fr

SHARE THIS ARTICLE :

ADVERTISEMENT

EDITORS' PICK